Accueil > Blog > Cartier : les collections joaillières emblématiques

Cartier : les collections joaillières emblématiques

9 janvier 2017

En 1847, Louis-François Cartier crée la maison Cartier qui devient rapidement une institution joaillière internationale grâce à ses filiales de Londres et de New York et aux commandes des têtes couronnées.

En 1847, Louis-François Cartier crée la maison Cartier qui devient rapidement une institution joaillière internationale grâce à ses filiales de Londres et de New York et aux commandes des têtes couronnées. Entre luxe et opulence, le mythe Cartier, « joaillier des rois et roi des joailliers », était né.

La maison Cartier a toujours su charmer les élégantes du monde entier et imposer son style : classicisme des parures guirlandes, exubérance des pièces d’inspiration exotique, géométrie graphique de l’Art Déco, naturalisme des bijoux animaliers, créations radicales du style moderne… Cartier est un véritable laboratoire de formes. Retour sur quelques-unes des collections phares de la maison.

Panthère :

L’icône de la maison Cartier a fait sa première et timide apparition en 1914 sur une montre bracelet de dame ornée d’un pavage de diamants et d’onyx rappelant le pelage tacheté du félin.

Les fauves suscitent alors un grand intérêt auprès des artistes, comme en témoignent les peintures de Jouve ou Méheut et les sculptures de Pompon ou Bugatti. Le félin, associé à l’image de la féminité, après les dames à la licorne du Moyen-âge, est très en vogue. Les excentriques Sarah Bernahrdt et Luisa Casati posent voire reçoivent en compagnie de fauves.

Cartier n’échappe naturellement pas à cette mode. Rapidement, la panthère fait partie du bestiaire de la marque, d’autant que Jeanne Toussaint, maîtresse de Louis Cartier, est comparée au félin par l’intelligentsia de l’époque pour son fort caractère et son goût pour les peaux de léopard. Dans les années 1925-1930, la panthère, encadrée de deux cyprès, orne des nécessaires, boîtes de beauté de poche aussi sobres que luxueuses.Sous l’impulsion de Jeanne Toussaint, promue directrice artistique haute joaillerie en 1933, la panthère telle que nous la connaissons, en trois dimensions, va prendre ses lettres de noblesse. Le motif est alors le plus prisé et devient l’emblème de la femme décomplexée, de caractère et affranchie des conventions.

La panthère restée la plus célèbre est sans doute la broche commandée par le duc de Windsor en 1949 pour sa femme, Wallis Simpson. Son pelage est pavé de diamants et de saphirs, ses yeux sont incrustés de diamants jaunes taillés en poire et elle est majestueusement perchée sur un cabochon de saphir cachemire de 152 carats.

Depuis, la figure altière de la panthère, qui se fait tantôt sauvage, féroce, lascive et gracieuse, est une source d’inspiration inépuisable et un véritable exercice de style pour la marque. Celle qui est devenue l’égérie de Cartier se décline ainsi en broches, bracelets, bagues, colliers, boucles d’oreilles, montres et même stylos.

Trinity :

C’est en 1924 que Louis Cartier crée la bague Trinity. Composée de trois anneaux entrelacés en or jaune, rose et gris, elle symbolise la fidélité, l’amour et l’amitié. Ses lignes épurées, atypiques et intemporelles, sont résolument modernes. La bague Trinity est audacieuse pour son époque car elle n’est pavée d’aucune pierre précieuse. Le poète Jean Cocteau la rendit célèbre en l’adoptant dès 1925, contribuant ainsi à accroître la légende de cette bague « triplement saturnienne ».

Bague Cartier Trinity Trois Ors

 

Symbole de l’engagement, elle fait une parfaite alliance, d’autant qu’elle est possiblement inspirée des alliances traditionnelles russes. Le nom de Russian Ring lui a parfois été donné. Ce n’est qu’en 1998 qu’elle prend le nom de Trinity, en référence, cette fois, à la symbolique chrétienne de la Trinité, le Père, le Fils et l’Esprit.

Depuis, le succès de la bague Trinity ne se dément pas. Elle constitue le bijou Cartier le plus vendu au monde (un million d’exemplaires !), porté aussi bien par les femmes que par les hommes. La maison Cartier la propose désormais en de nombreuses variantes, éventuellement serties de diamants. En 2009, une collection complète Trinity voit le jour en hommage à la bague mythique.

Love :

Les années 1970 constituent pour Cartier une décennie de création particulièrement foisonnante. A New York, le dessinateur italo-américain Aldo Cipullo s’inspire d’objets fonctionnels du quotidien et du pop art pour révolutionner l’image de la marque et les codes de la joaillerie avec ses créations contemporaines originales et anticonformistes.

En 1969, en pleine période Peace and Love, Cartier lui commande un bijou moderne pour célébrer la passion et l’amour éternel. Il réalise alors le premier bracelet Love, un jonc ovale unisexe en or minimaliste ponctué de vis graphiques.

Mais le bracelet Love est aussi hors du commun car Cipullo a imaginé un système sophistiqué d’ouverture et de fermeture. En effet, seul un tournevis fourni par la maison permet d’assembler les deux pièces du bijou, comme une menotte scellant le poignet de l’être aimé.

Cartier Bracelet Love

Bracelet Love de Cartier, or jaune 18 carats.

Aujourd’hui, le bracelet Love existe dans de multiples versions, en or gris, rose, jaune, céramique, brillanté ou non… Il connaît toujours un franc succès grâce à la force de son message et à ses lignes indémodables.

Les clous :

C’est en 1971 qu’Aldo Cipullo a imaginé une collection de bracelets, broches et boucles d’oreilles sur le thème quincaillier. Il expliquait alors : « C’est un reflet de la vie. Nous sommes entourés par des choses qui sont vissées, boulonnées, clouées. Et je pense qu’il ne peut pas en être autrement ». « Je suis devenu un grand connaisseur en matière d’écrous, de vis et autres clous. Cette quincaillerie, aussi dure soit-elle en apparence, possède une certaine chaleur. La joaillerie doit dégager de la chaleur. »

La pièce phare de la collection était un bracelet en forme de clou, Nail en anglais. La collection n’eut cependant pas le succès de Love et les modèles cessèrent d’être fabriqués au début des années 1980. En 2012, la marque a dévoilé Juste un clou, en hommage aux pièces de Cipullo. Les bagues et bracelets inspirés de Nail restent fidèles à la puissance originelle de la ligne.

En relançant Nail, Cartier renoue aussi avec son histoire. En effet, l’inspiration industrielle fait partie intégrante de la maison puisque la première broche en forme de clou, à tête carrée, en platine et diamants, date de 1913. Quant aux écrous et vis, on les retrouve de manière apparente sur la montre Santos dès 1904. Citons enfin les bracelets menottes des années 1930 sur lesquels sont vissés des cabochons de citrine et d’améthyste.

Vendez vos bijoux
Diamantiques vous propose un service qui vous prend en charge du début à la fin.

Pour faire une demande d'expertise, merci de vous connecter :

Contacter l'expert
Bonjour,
Vous aimeriez quelques informations supplémentaires concernant cette occasion unique Diamantiques ?

Vos informations ne sont pas stockées par le site.

Connexion
Rejoignez Diamantiques
Inscrivez-vous pour vendre ou acheter des bijoux et des montres d’occasion expertisés et certifiés.

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetour à la boutique